Category Archives: Podcast

Note du 26 février 2010

Un article de WikiFle

  • C2La pub antitabac à demi grillée : L’association Droits des non-fumeurs a décidé de réduire la diffusion de sa campagne contre le tabagisme des jeunes, qui aura tout de même eu le temps de faire largement parler d’elle. Libération

.

[display_podcast]

–          Mesdames, Messieurs, si je vous ai fait venir en urgence c’est que nous avons un énorme problème. Nous avons plus de 60 tonnes de déchets toxiques sur les bras. De l’acétone,  du cadmium,  de l’ammoniac, il faut absolument trouver une solution pour nous en débarrasser et vite ! J’attends vos propositions.
–         On (ne) peut pas les envoyer dans une usine de retraitement ?
–         Mais, non non non non, trop cher !
–         Faut faire comme la dernière fois, on achète un terrain et on les enfoui discrètement.
–         Non, mais c’est fini cette époque, on aura les écolos sur le dos en moins de 24 heures.
–         Et les embarquer vers un pays moins regardant ?
–         Non, mais c’est tout ? Vous (ne) pouvez pas m’trouver une solution plus simple, plus économique, plus efficace ?
–         Et si on les faisait avaler aux gens ?
–         Avaler ? Mais c’est des trucs « dégueulasses » il vont s’en rendre compte !
–         Non non non, à petite dose, un peu tous jours, ils (ne) se rendront compte de rien ! Le tout, c’est de les habituer le plus tôt possible, avec des jeunes par exemples. En marketing, les gars n’ont qu’à leur suggérer que c’est cool et rebelle. Ça marche à tous les coups !
–         Mais ça, se présenterait comment votre truc, là ?
–         Je crois que je vois assez bien comment ça pourrait être …
–         Arsenic etc .
–         Mais, ça va nous coûter combien votre affaire ?
–         Ben rien, les jeunes sont prêts à payer pour avaler ces merdes.

.

  • C1Les jeunes et les médias : un stagiaire du Figaro répond à Morgan Stanley : Toute la City avait tremblé, cet été, après la publication par Morgan Stanley du rapport d’un de ses jeunes stagiaires, Matthew Robson, 15 ans et 7 mois, sur la manière dont les jeunes consomment les médias. Une de ses trouvailles édifiantes – les adolescents n’utilisent pas Twitter – avait fait douter les plus sérieux financiers de la pertinence de ce service.Le Figaro
  • C1Crash fiscal : le “cauchemar américain” de Joe Stack : “Le credo communiste : de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins ; le credo capitaliste : de chacun selon sa crédulité, à chacun selon son avidité. Joe Stack (1956-2010).” Ainsi finit le long message laissé, sur Internet, par l’Américain qui a précipité volontairement son petit avion sur un immeuble de l’administration fiscale à Austin, au Texas, jeudi 18 février. Le Monde
  • C1La colère descend dans la rue : Face aux licenciements et alors que d’aucuns prédisent que c’est la fin de la reprise en Europe, le continent est agité par une vague sans précédent d’actions syndicales. En Espagne et en Grèce, les manifestants s’opposent aux réductions budgétaires et aux baisses des salaires. Presseurop

Note du 19 février 2010

Un article de WikiFle

  • C1Quand l’Etat murmure à nos oreilles : Jusqu’à une époque récente, les Etats passaient par les médias pour transmettre leurs messages, tout en bâtissant leur réputation à travers des personnalités et initiatives choisies. Mais une forme de communication participative émerge. Par Joseph Nye, professeur à Harvard Le Temps

Dossier “Stress” – Le Monde

  • C1Stress au travail : le classement des entreprises : Après une série de suicides à France Télécom, le ministre du travail, Xavier Darcos, avait lancé, en octobre 2008, un plan national d’urgence pour la prévention du stress professionnel incitant les quelque 1 500 entreprises françaises de plus de 1 000 salariés à engager avant le 1er février des négociations ou des démarches sur le stress au travail. Le Monde

.

[display_podcast]

.

L’album des écrivains: Marcel Proust, portrait de 1962

Marcel Proust

Portrait souvenir – 11/01/1962 – 01h27min06s

Source INA : Institut  National de l’Audiovisiuel

A l’occasion du 80ème anniversaire da la mort de Marcel PROUST, ce documentaire, réalisé en 1962, dresse le portrait de l’écrivain.Tour à tour, des proches de Marcel PROUST témoignent des souvenirs qu’ils ont vécu avec l’écrivain, évoquent l’évolution de son oeuvre, sa place au coeur même de la littérature française et de son travail au quotidien. Les intervenants détaillent leurs impressions à la lecture du roman de Marcel PROUST : “Du côté de chez Swann”, publié en 1913. Ils dressent également une biographie de l’auteur et décrivent ses traits de caractères. Ces proches abordent , en outre, les différentes inspirations de PROUST, tirées fréquemment des salons mondains que l’écrivain côtoyait. Ces témoignages et entretiens alternent avec des commentaires sur des images d’archives et d’illustration qui offrent un contexte historique, économique et social au portrait de l’écrivain. Des lectures des écrits en voix off agrémentent le documentaire. Les intervenants sont François MAURIAC, de l’Académie Française, Jean COCTEAU, de l’Académie Française, Paul MORAND, Daniel HALEVY, Jacques De LACRETELLE, de l’Académie Française, le marquis De LAURIS, le duc De GRAMONT, Philippe SOUPAULT, Céleste ALBARRET, servante dévouée et secrétaire de Marcel PROUST, Mme Paul MORAND, André MAUROIS et Emmanuel BERL.Madame André MAUROIS raconte comment, enfant, Proust la fit chercher pour créer le personnage de Melle de Saint-Loup, la petite-fille d’Odette et Swann.Encore profondément émue, Céleste ALBARET raconte l’agonie de l’écrivain, quelque temps à peine après qu’il a posé le mot “fin” à son oeuvre monumentale, l’une des plus importantes du XXème siècle.

  • producteur ou co-producteur: Office national de radiodiffusion télévision française
  • réalisateur: Herzog, Gérard
  • producteur: Darbois, Roland ; Stephane, Roger
  • commentateur: Ollivier, Albert
  • participant: Albaret, Celeste ; Morand, Paul ; Soupault, Philippe ; Cocteau, Jean ; Mauriac, François ; Lacretelle, Jacques de ; Berl, Emmanuel ; Maurois, André ; Halévy, Daniel

Arte Radio : Amours occupées

Source : Arte Radio

Ahlam, 20 ans, parle d’amour.

Etudiante à Hébron, au sud de la Palestine, elle tente de mener sa vie entre diverses contraintes : l’occupation israélienne, mais aussi le voile, la famille, et par-dessus tout le regard des autres, le si pesant qu’en-dira-t-on. L’amour en Palestine, un témoignage rare dans un français troublant et un bel écrin sonore.

Arte Radio : Le stage de la mort

1) Écoutez plusieurs fois le podcat et notez tout ce que vous comprenez

2) Lisez le texte et repérez toutes les contractions

.

[display_podcast]

.

.

.

Donc euh, j’mappelle Claurisse, j’ai 14 ans, j’habite en Normandie et chui en 3ème.

J’ai fait un stage de, dans une clinique vétérinaire. Paske euh… Ben j’aimais beaucoup les animaux, et puis ben, j’ai des animaux chez moi, j’m’en occupe beaucoup, et ça m’intéressait d’savoir comment on soignait les animaux.

Yapaü de naissances le premier jour et ben yaü un mort à cause de la diarrhée.

Yavai un mot/veau quétait très très mal en point, donc le vétérinaire il l’a regardé et tout, et il a pas eu ltemps de donner quoi quce soit, et il mort sous ses yeux.

Sous les miens.

Attends ! J’me rmémore cque j’ai vu déjà.

J’ai vu un vêlage où, ben en fait, la vache elle était malade, donc on a mis longtemps à … à faire sortir le veau de … de son ventre, etben il est mort juste après.

J’voyais qui bougeait pu, j’voyais qu’il avait la langue pendante et tout.

Il a fait un dernier/un soupir et après ben Yapuü dsoupir du tout et en fait ils ont cru/compris qu’il était mort quoi.

À la clinique ya une, une grande salle où ya des chevaux qui peuvent venir. Et en fait y prennent la lèvre, la lèvre du cheval et avec une corde ils, y tournent la lèvre, ça lui fait un peu mal, mais ça lui évite de penser à, à cqu’on va lui faire sur le dos. Et donc ben, pendant ce temps-là en fait on lui, on lui met des seringues sur le dos. Et ben, jl’ai, j’l’ai calmé quoi, paske il commençait à s’impatienter. Jlui ai, Jlui ai caressé l’encolure, le museau aussi, je lui ai parlé, je lui ai dit « ça va aller », yenapu pour longtemps. Doucement ! Des trucs du genre, calme-toi ! Chut !

Jpense qu’il a écouté.

Le deuxième jour yaü, ben heu …  alors attendez ! Une naissance et deux morts. J’ai vu une opération sur un chien où on lui/une chienne plutôt, où on, on était en train de, dla stériliser. C’était un petit chien, avec des longs poils,  il était allongé sur le ventre. Heu non, sur le dos pardon ! Les kat pattes écartées, attachées, la tête qui pendait ! Comme ça ! Pffff ! Comment expliquer …

En fait ils prennent une toute petite lame et ils entaillent vraiment le ventre et après ils écartent euh, la peau, et ça coupe le ventre quoi, et après ils recousent. C’est pas très ragoûtant paske yavai du sang qui coulait, yavai des trucs gluants, beurk ! « C’est dégueulasse ! »

On voit l’aiguille qui rentre dans lventre, qui rssort, et tout euh ! C’est pas, jtrouvais pas ça, beau à voir disons.

Qu’est-ce qu’on a fait ldeuxième jour ?

On a été voir, chez un particulier, une brebis, quavait accouché la nuit de deux veaux, mais yavai un veau qui restait coincé dans son ventre. Là le veau il était / l’agneau il était, il était mort dans le ventre de sa mère quoi.

Il avait une patte de sortie et du coup, enfin, on sentait qu’il était mort quoi … Puis il bougeait plus euh

J’avais jamais vu de de morts avant, avant d’être là-bas, et, enfin, c’était éprouvant mais, euh, après les veaux ils ont pas vu, ils ont pas vu le jour très très longtemps donc c’est pas super grave.

C’était pas non plus super triste quoi. Paske yzon pas eu le temps ds’habituer et … Comme le veau qu’est mort juste après être né quoi. Et, j’ai beaucoup aimé, le métier quoi, enfin, ben ils font tout pour guérir les animaux.

.

.

.

Je suis
chui
Parce que paske
Il n’y a pas eu
yapaü
Il y a eu yaü
Il y avait
yavai
Il n’a pas
il a pas
Qu’il (Qu’il ne bougeait plus) qui
Il n’y a plus eu
yapuü
Il y a ya
Plus

pu

Ils (ils prennent) y
Il n’y en a plus yenapu
Quatre kat
Ils ont yzon
Qui est qu’est

Arte Radio : Le stage de la mort

Donc euh, j’mappelle Claurisse, j’ai 14 ans, j’habite en Normandie et chui en 3ème.

J’ai fait un stage de, dans une clinique vétérinaire. Paske euh… Ben j’aimais beaucoup les animaux, et puis ben, j’ai des animaux chez moi, j’m’en occupe beaucoup, et ça m’intéressait d’savoir comment on soignait les animaux.

Yapaü de naissances le premier jour et ben yaü un mort à cause de la diarrhée.

Yavai un mot/veau qu’était très très mal en point, donc le vétérinaire il l’a regardé et tout, et il a pas eu l’temps de donner quoi qu’ce soit, et il mort sous ses yeux.

Sous les miens.

Attends ! J’me r’mémore c’que j’ai vu déjà.

J’ai vu un vêlage où, ben en fait, la vache elle était malade, donc on a mis longtemps à … à faire sortir le veau de … de son ventre, et … ben il est mort juste après.

J’voyais qui bougeait pu, j’voyais qu’il avait la langue pendante et tout.

Il a fait un dernier/un soupir et après ben Yapuü d’soupir du tout et en fait ils ont cru/compris qu’il était mort quoi.

À la clinique ya une, une grande salle où ya des chevaux qui peuvent venir. Et en fait y prennent la lèvre, la lèvre du cheval et avec une corde ils, y tournent la lèvre, ça lui fait un peu mal, mais ça lui évite de penser à, à c’qu’on va lui faire sur le dos. Et donc ben, pendant ce temps-là en fait on lui, on lui met des seringues sur le dos. Et ben, j’l’ai, j’l’ai calmé quoi, paske il commençait à s’impatienter. Jlui ai, Jlui ai caressé l’encolure, le museau aussi, je lui ai parlé, je lui ai dit « ça va aller », yenapu pour longtemps. Doucement ! Des trucs du genre, calme-toi ! Chut !

Jpense qu’il a écouté.

Le deuxième jour yaü, ben heu alors attendez ! Une naissance et deux morts. J’ai vu une opération sur un chien où on lui/une chienne plutôt, où on, on était en train de, dla stériliser. C’était un petit chien, avec des longs poils, il était allongé sur le ventre. Heu non, sur le dos pardon ! Les kat pattes écartées, attachées, la tête qui pendait ! Comme ça ! Pffff ! Comment expliquer …

En fait ils prennent une toute petite lame et ils entaillent vraiment le ventre et après ils écartent euh, la peau, et ça coupe le ventre quoi, et après ils recousent. C’est pas très ragoûtant paske yavai du sang qui coulait, yavai des trucs gluants, beurk ! « C’est dégueulasse ! »

On voit l’aiguille qui rentre dans lventre, qui rssort, et tout euh ! C’est pas, j’trouvais pas ça, beau à voir disons.

Qu’est-ce qu’on a fait ldeuxième jour ?

On a été voir, chez un particulier, une brebis, quavait accouché la nuit de deux veaux, mais yavai un veau qui restait coincé dans son ventre. Là le veau il était / l’agneau il était, il était mort dans le ventre de sa mère quoi.

Il avait une patte de sortie et du coup, enfin, on sentait qu’il était mort quoi … Puis il bougeait plus euh

La France grossit

C1L’obésité continue à progresser en France : L’obésité continue à progresser en France, où l’on dénombre 6,5 millions d’obèses parmi les adultes, soit 3 millions de plus qu’il y a douze ans, et cette augmentation semble plus importante chez les femmes, selon une enquête trisannuelle baptisée ObEpi, publiée mardi. Le Monde

`

Répondez aux questions suivantes par de courtes phrases :

  • Comment sont les obèses aujourd’hui en France ?
  • Combien y a-t-il d’obèses en France ?
  • Quel pourcentage de la population est-ce que cela représente ?
  • Quelle est la période de référence de l’étude (combien d’année) ?
  • De combien a augmenté le tour de taille des français ?
  • De combien de kilo a augmenté la population en moyenne ?
  • Le phénomène est-il stable ?
  • Qui est le plus frappé par l’obésité ?
  • Combien de kilos a pris Élodie et depuis quand ?
  • Que fait-elle quand elle se regard dans la glace ?
  • Quel type d’aliments achètent les gens avec des revenus plus modestes ?
  • Quelles sont les principales conséquences de l’obésité ?
  • Les hommes et les femmes sont-ils a égalité face à l’obésité ?
  • La France est-elle plus touchée que les autres pays et pourquoi ?
  • À quelle groupe appartient le verbe grossir ?
  • Conjuguez-le.

Podcast – La factrice

La factrice

Écoutez l’enregistrement et répondez aux questions :

[display_podcast]

.

  1. Comment s’appelle la personne interviewée ?
  2. Quel est son surnom ?
  3. Quel âge a-t-elle ?
  4. Quelle est sa profession ?
  5. Quand a-t-elle commencé à travailler ?
  6. Comment se déplace-t-elle ?
  7. Où travaille-t-elle ?
  8. Qu’est-ce qu’elle aime de son travail ?
  9. Comment juge-t-elle l’évolution de son travail ?

Source :  ARTERADIO.COM